Hommage du CNDH à Me Abdelaziz Bennani samedi à Rabat

Hommage du CNDH à Me Abdelaziz Bennani samedi à Rabat
Le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) organisera, samedi prochain à Rabat, une cérémonie d’hommage à Me Abdelaziz Bennani, ancien président de l’Organisation marocaine des droits de l’Homme (OMDH) et ancien membre de l’Instance équité et réconciliation, à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’Homme, célébrée le 10 décembre de chaque année.
La cérémonie verra la publication d’un livre collectif auquel ont participé nombre de compagnons de route et amis de Me Bennani, dont Mohamed Aujjar, ministre de la Justice, El Habib Belkouch, Abdelilah Benabdeslam, Mounia Bennani Chraibi et les anciens présidents de l’OMDH, Amina Bouaayach et Mohammed Nesh-Nach, indique le CNDH dans un communiqué.
L’ouvrage regroupe également les participations de Mahjoub El Haiba, Driss El Yazami, Salah El Ouadie, Mohammed Essabbar, Saïd Essoulami, Ahmed Herzenni, Mustapha Iznasni, Mustapha Laaraki, Boubkeur Largou, actuel président de l’OMDH, Khadija Marouazi, Rabéa Naciri, Jamal Eddine Naji, Mohamed Elyazghi, Fathallah Oualalou et Khalid Naciri, anciens ministres et Mme Fatna Sarhane, en plus de plusieurs avocats, dont le bâtonnier Abderrahim Jamai, Mostafa Naoui, Khalid Sefiani, Abdelkebir Tabih, Houria Tazi Sadeq et Saadia Wadah, ajoute-t-on.
Le livre contient aussi des contributions de plusieurs personnalités étrangères, en l’occurrence Eva Norström (Suède) et Baheyedine Hassan (Égypte) qui ont participé à la création en 1997 du Réseau euro-méditerranéen des droits de l’Homme (REMDH), dont Me Bennani a assuré la présidence jusqu’en 2003, ainsi que Michel Tubiana (France) et Marc Schade-Poulsen (Danemark), respectivement président et directeur de ce réseau, poursuit la même source.
Inscrit au barreau des avocats de Casablanca depuis mars 1965, membre fondateur de l’OMDH en 1988 puis président de 1992 à 2000, Me Abdelaziz Bennani était un membre actif dans les collectifs de défense des détenus d’opinion des années 1960 et 1970. Administrateur de l’Institut arabe des droits de l’Homme, il était aussi vice-président de la Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme.