Bannière humaine Greenpeace: “Break Free – Go Solar” avec la mosquée Hassan II en arrière plan

Les Marocains envoient un message au monde: libérons nous des énergies fossiles et allons vers le solaire !

Des centaines de personnes se sont joints aujourd’hui à la bannière humaine de Greenpeace: “Break Free – Go Solar” avec la mosquée Hassan II en arrière plan à Casablanca-Maroc.

Greenpeace Break Free – Go Solar

Les participants ont porté un message en Arabe, Anglais et Amazigh appelant les dirigeants du monde et notamment ceux de la région Moyen-Orient Afrique du Nord à accélérer la transition vers les énergies renouvelables et mettre un terme à l’ère des combustibles fossiles polluants.

Julien Jreissati, chargé de campagne Monde Arabe et Afrique du Nord à Greenpeace Méditerranée a dit: “Nous avons choisi le Maroc parce que c’est un leader mondial dans le domaine des énergies renouvelables et par conséquent un pays dont attend beaucoup!”

“Durant la COP22, le monde fut témoin de la volonté du peuple Marocain à combattre les effets néfastes du changement climatique. Aujourd’hui il réitère encore une fois son souhait d’un monde 100% énergies renouvelables.”

Bien que le Maroc ait déjà enregistré de grandes avancées dans sa transition énergétique, notamment grâce à ses méga-projets solaires et éoliens, le pays accuse encore du retard au niveau décentralisé. Il est nécessaire d’amender la loi 13-09 afin de rendre l’accès au solaire à la portée de tous. De même, il est nécessaire de mettre en oeuvre la loi 58-15 qui permet la connexion des systèmes d’énergie renouvelable au réseau de distribution à basse tension.

“Posséder un système solaire devrait être accessible à tout un chacun, à travers un système de financement vert, du “net-metering” ou facturation nette, et nous croyons que le Maroc sera en mesure le faire car impossible n’est pas marocain!” a ajouté Jreissati.

“Cette journée fut un succès grâce aux centaines de volontaires, nos partenaires ONGs, l’AMCDD et le gouvernement local qui ont facilité l’organisation, la logistique et les autorisations” a conclu Jreissati.

L’activité fut exécutée à la suite de la formation “Agir avec Greenpeace” visant à accroître l’engagement et les compétences de mobilisation et d’action des volontaires de Greenpeace au Maroc et les ONGs locales.

Ces activités font partie du mouvement mondial Break Free, qui a pour but de mettre fin à l’ère des combustibles fossiles et de construire une ère durable alimentée par les énergies renouvelables. Elles s’inscrivent également dans la continuité du travail de Greenpeace sur l’énergie solaire décentralisée au Maroc.

Depuis 2016, Break Free a été un mouvement axé sur les personnes et propulsé par la mobilisation, la désobéissance civile et la confrontation créative. Des milliers de personnes de plus de 25 pays mènent les actions qui contribuent à changer l’énergie qui alimente notre monde. Break Free vise à diriger, faciliter, amplifier et renforcer la résistance continue et bien ancrée des communautés qui sont à l’avant garde autour du monde en créant un milliard d’actes de courage.