Chefchaouan: Le premier forum mondial des villes intermédiaires du 5 au 7 juillet 2018

La commune de Chefchaouan et l’Organisation des Villes et Gouvernes Locaux (CGLU) en partenariat avec la Direction Générale des Collectivité Locales du Ministère de l’Intérieur, la Wilaya de la Région Tanger Tétouan Al hoceima, la Province de Chefchaouan, le Ministère de l’Aménagement de Territoire de l’Urbanisme de l’Habitat et de la Politique de la Ville et l’Association Marocaine pour des Eco-Villes en collaboration avec d’autres établissement, nationaux et internationaux, le premier forum mondial des villes intermédiaires, et ce les 5, 6 et 7 juillet 2018, à Chefchaouan.

Chefchaouen

La question urbaine est devenue un enjeu majeur dans le développement mondial, et dans les paradigmes des politiques nationales et internationales : les villes aujourd’hui sont la clé de voûte de toute dynamique de développement. Ce monde urbain a besoin des ‘villes’ pour se structurer et être appréhendé : les villes deviennent des pôles de développement ou de création de pauvreté, et les décideurs politiques en ont pris conscience à tous les niveaux de gouvernance. D’autre part, les enjeux que draine la question urbaine regroupent toutes les questions liées de près ou de loin aux impacts générés par les politiques nationales et internationales : la sécurité, la cohésion sociale, l’emploi, le développement économique, la culture, le développement humain, sont autant d’objectifs ciblés par les politiques nationales et internationales qui se jouent directement au niveau local.

Ce Forum mondial est voulu comme une tribune dédiée au dessin d’une nouvelle vision du monde, une dynamique de transformation de notre planète voulue par les pays du monde puisque lancée par les Nations Unies à travers les Agendas mondiaux de la soutenabilité : Agenda 2030 (Objectifs de Développement Durable), Agenda contre le Changement Climatique, Agenda de la Résilience contre les Désastres et Nouvel Agenda Urbain sont les porteurs les plus importants de cette volonté de transformation sociétale pour la soutenabilité.

Les pays ont signé pour un monde plus inclusif, plus humain, plus soutenable, que nous puissions transmettre à nos enfants avec fierté et honneur. Les experts se sont prononcés : ce monde sera soutenable ou ne sera pas. Dans la même ligne, le Secrétaire Général de l’ONU a formulé cette phrase qui est devenue une devise chez les acteurs de l’implémentation des Agendas mondiaux : «à soutenabilité de la planète sera gagnée ou perdue dans les villes».

Telle est la réalité dans laquelle tentent de se situer tous les efforts de construction de la durabilité chez les acteurs territoriaux, de réorientation des agendas nationaux, de développement économique plus proche de l’homme, qui a été remis au centre de la question du développement.

Il est à noter que, selon les experts, les villes sont aujourd’hui réparties en trois segments de villes: les métropoles, les villes intermédiaires et les petites villes-villages et leurs territoires ruraux (GOLD IV — CGLU). Chacun de ces trois segments héberge aujourd’hui un tiers de la population urbaine mondiale. Cependant, les métropoles, pour avoir d’abord représenté des centres de développement, de création de richesses et de concentration/densité humaine à gérer, ont été étudiés, développés, et ont fait l’objet de maintes dynamiques de promotion, structuration et financement. Les villes intermédiaires, longtemps appelées villes moyennes ou secondaires, ont dans leur secret le concept d’intermédiation, ouvrant la porte à un potentiel inédit: elles représentent le vrai défi du futur soutenable de la planète. En effet, les estimations et projections futures placent dans les Villes intermédiaires la majorité du développement urbain que va connaitre la planète: 50% des 75% de la population mondiale qui vivra dans les villes, sera dans les villes intermédiaires dans 20 ans. Cela veut dire que le monde de demain doit être dessiné aujourd’hui et dans les villes intermédiaires.

Le Forum mondial des Villes Intermédiaires : est un engagement pour dessiner un futur urbain soutenable, tel est l’objet de ce Forum Mondial, dont cette première édition, se veut être une rencontre institutionnelle, de gouvernance multi-niveau pour la mise en place d’un agenda commun international. Un agenda — feuille de route pour passer à l’action de l’implémentation, dans le cadre d’une plateforme institutionnelle internationale, qui appuie, accompagne et s’engage à la mise en pratique des recommandations et politiques présentées pendant le Forum Mondial.

Ce concept innovant, s’appuie sur deux dynamiques :

  • un processus mondial consultatif et de monitoring qui a débuté un an auparavant dans chaque région/continent du monde : Afrique, Asie, Région «Moyen-Orient et Ouest asiatique», Europe, Amérique latine. Chaque rencontre ou Forum continental a fait l’objet d’une Déclaration ou recommandations spécifiques pour les villes intermédiaires locales.
  • un engagement pendant les cinq plénières programmées des institutions et

gouvernements locaux, nationaux et régionaux sur des politiques/recommandations/instruments d’appui, facilitateurs de l’implémentation dans les villes intermédiaires, par les Villes Intermédiaires, et avec les Villes Intermédiaires Ces engagements construiront l’agenda pour l’action mondial (Agenda for Action), avec les recommandations sorties des évènements parallèles, et formeront la Charte des Villes Intermédiaires du monde.

En effet, dans le contexte mondial, et au vu des grandes expansions urbaines que va connaitre le monde, la ville intermédiaire représente un potentiel non révélé jusqu’à maintenant, représentant le vrai moteur de transformation promut par les agendas mondiaux au niveau mondial. Planifier, structurer et donner les meilleures conditions à ce potentiel de se révéler au rythme propre des pays, des cultures et des dynamiques sociétales est le défi à relever, et qui fonde le travail entamé par les Villes Intermédiaires de CGLU. Les ressources sont limitées et les besoins croissants, cependant les maires sont prêts à prendre leur responsabilité dans le cadre d’un accord mondial pour les Villes intermédiaires. Un accord qui mettrait tous les acteurs clés autour de la table, dans un dialogue ouvert impliquant les gouvernements locaux, nationaux et le niveau de gouvernance internationale, ainsi que les organismes financiers et de prérogatives sectoriels.

La Charte sera également composée des recommandations sorties des sessions «Apprendre & Partager», qui viendront après les plénières compléter les débats, en parallèle de Présentations Phares présentant des expériences nationales ou internationales d’intérêt.

Le Maroc, étant stratégique autant dans la dimension géographique (Nord-Sud, Est-Ouest) que dans la dimension de statut de développement économique, social et urbain, est situé à la croisée des chemins entre les pays développés et les pays en voie de développement. Recevoir ce Forum Mondial est dans la logique même de son développement, car implique une volonté de développer les ressources cachées de ses territoires, d’atteindre le capital humain qui y réside, et de compléter ce qui a déjà été engagé à travers des politiques nationales et locales en termes de soutenabilité.

Sa stratégie de développement a été réorientée par les politiques de développement durables et d’investissement dans les énergies renouvelables et accessibles, faisant de lui le choix parfait pour la COP22. Aujourd’hui, le Maroc a un leadership en termes de développement et gestion urbaine, bien que du travail reste à faire dans la mobilisation du capital humain.

Accompagner et faire partie de cet agenda mondial pour l’action, lui prévaudront un positionnement de leader dans cette question émergente au niveau mondial que sont les Villes Intermédiaires : les marchés internationaux, le marché Smart, les infrastructures, le capital `Green’ recherche les Villes Intermédiaires pour les avantages et la masse qu’elles représentent. Malgré cela, des défis importants sont affrontés par ces villes, leurs leaders et la citoyenneté pour générer un vrai développement et cohésion sociale, qui soient soutenables.

Ce Forum Mondial est une opportunité pour mettre en marche un travail collectif, où tous, gouvernance, institutions et citoyens regardent le même objectif: prendre aujourd’hui les bonnes décisions pour demain, pour imaginer un Futur soutenable pour notre planète. Tel est l’objectif de cette tribune qui aura lieu du 5 au 7 juillet 2018 à Chefchaouan, ville qui préside le Forum des Villes Intermédiaires de CGLU.